Faut-il être ami avec ses parents sur Facebook?

generationxyetz4
Génération X ou Y ? Choisis ton camp camarade!
17 juillet 2012
FranceSoir
Adieu France Soir
1 août 2012
Afficher tous

Faut-il être ami avec ses parents sur Facebook?

add_ami_facebook

ami facebook« Quoi ? T’es amie avec ta mère sur Facebook ? Ahrgh ! Mais quelle horreur ! »

« Oui, je suis amie avec ma mère sur Facebook. C’est même moi qui l’ai invitée… Je ne vois pas pourquoi je zapperais la femme qui m’a mise au monde. »

« M’enfin, c’est ta vie privée ! Tu te rends compte quand même qu’elle voit tout ce que tu postes ! »

« Alors la poulette, je t’arrête tout de suite. D’abord, si tu maîtrisais un peu mieux Facebook, tu saurais que tu peux personnaliser tes posts et exclure certains de tes contacts si tu ne veux pas qu’ils aient accès à l’info que tu publies. Ensuite,  l’histoire de la vie privée, ça me fait doucement rigoler : on accepte quarante douze mille personnes qu’on n’a jamais rencontrées dans la vraie vie et eux peuvent lire nos délires, nos rigolades, nos états d’âme et pas nos parents ? Mais c’est le monde à l’envers ! Ta vie privée, tu ne l’exposes pas sur un réseau social ou alors elle n’est plus privée. »

« Mais attends, les parents ils te fliquent sur ton mur, ils regardent ce que tu fais et tout, où tu étais, avec qui… Et ça se retourne contre toi. »

La jeune geek qui me tenait ce raisonnement digne d’une casserole percée avait pas loin de 17 printemps. Gamine, va !  Mais je peux comprendre, quand on est ado, qu’on puisse vouloir garder secrète sa vie sociale. Enfin secrète… vis-à-vis de papa-maman parce que pour ce qui est de la discrétion, Facebook n’est pas un parangon de discrétion, n’est ce pas ? Certes,  difficile de s’entendre faire des commentaires par nos géniteurs au lendemain de soirées quelque peu arrosées mais aussi quel besoin avons-nous de porter à la connaissance de tous nos contacts notre dernière visite au caniveau samedi soir ? C’est assez étonnant tout de même, cette manie de vouloir nous glorifier de nos turpitudes les plus beurk en faisant des commentaires du genre « ahaha quelle super bonne soirée ! J’ai vomi toute la nuit ! Le pied !» Désir de prolonger la soirée en partageant les images avec ceux qui nous tenaient la tête ou nous prenaient en photo ? Pourquoi pas… Mais il y a plus glamour, non ?

Quand elle s’est inscrite sur Facebook, la copine à laquelle je pense avait un peu tendance à se la jouer tête d’allumette : celle qu’il suffit de gratter un peu pour y mettre le feu. Dans la vraie vie, la fille était classe, plutôt bien élevée et sûrement pas aussi délurée. Au bout de quelques semaines de provoc, elle a reçu un message privé de sa mère, qu’elle avait comme « amie ».

« Ma chérie, lui disait en substance la maman en question, tu sais, ce n’est pas que ça me choque mais je trouve que ton personnage sonne un peu faux, tu en rajoutes, tu manques de naturel et surtout, à t’amuser ainsi à jouer les allumeuses, tu vas passer pour ce que tu n’es pas et ce serait dommage parce que tu es bourrée de qualités et que tu n’as pas besoin de ce personnage pour être intéressante. Moi ça m’est égal parce que je te connais telle que tu es vraiment mais c’est vis-à-vis des autres, qui forcément vont se faire une fausse idée de toi ».

Cette attitude-là est un geste d’éducation, un conseil, un acte de tolérance et c’est vrai que la fille dont je parle pouvait parfaitement faire confiance à sa mère et l’accepter comme amie sur Facebook. Elle a d’ailleurs très vite changé de ton et ce conseil lui a sans doute été fort utile, parce que dénué de jugement.  Cependant, il y a autant de cas de figure que de parents –et d’enfants- Des parents qui passent leur temps à vous fliquer sur les réseaux sociaux, je peux concevoir que cela soit légèrement crispant. Et cela arrive, malheureusement, bien plus souvent qu’on ne l’imagine. L’inverse aussi peut arriver.

Anecdote : Il accepte l’invitation de sa fille à être ami avec lui sur Facebook. Il va de temps en temps regarder les photos sur le mur de son héritière mais ça s’arrête là. Et puis un jour, la cata ! Un de ses copains poste une photo et le taggue, alors qu’il a une superbe hollandaise dans une main,  la cravate autour de la tête, et l’air frais d’un poisson pêché 20 jours avant… Il était sensé être en week-end de motivation au fin fond du Morvan. La demoiselle n’a pas laissé passer le faux pas… Je vous laisse imaginer les conséquences !

Alors, ami avec ses parents sur Facebook, oui, mille fois oui si on a totalement confiance. Prudence absolue pour les autres cas de figure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>